23جولای2018

29 آذر 1396 نوشته شده توسط 

« Yalda » veut dire que le soleil se réconcilie encore

Propos de la semaine
Sharam Yazdanpana

La première fête « Yalda » qui me vient à l’esprit, date d’il y a longtemps; tellement loin que j’aurais du être un petit enfant. Seulement je me souviens du cauchemard de cette nuit que j’avais tellement mangé du melon d’eau, de la pomme grenade et du mélange de noix que je suis tombé malade pour quelques jours et j’avais un problème d’indigestion pendant quelques semaines. Ma mère regrettée essayait de me faire boire quelques tisanes traditionnelles pour me guérir et moi, j’avais tellement peur de boire n’importe quelle boisson. Je résistais fermement devant l’obligation de boire un verre d’eau bouillante de sucre candi ou une tisane de cannelle.
Ce cauchemad m’a tellement effrayé que je ne fête même pas aujourd’hui la nuit Yalda. Mais si vous pensez que mon histoire de Yalda a pris fin, vous vous trompez. L’histoire vient de commencer :
Comme je vous ai dit, depuis mon enfance, la fête Yalda a été radiée de mon calendrier en raison de ce mauvais souvenir et chaque année, je me privais sous un prétexte de l’anniversaire du soleil. Finalement, il y a une dizaine d’année, quand j’habitais en Norvège pour poursuivre mes études, pour la première fois dans ma vie, j’ai fait l’expérience la très longue nuit pôlaire. Cela faisait deux mois que je n’avais pas vu le soleil et chaque jour, depuis le matin jusqu’au soir, les étoiles et la lune étaient les vedettes du ciel de notre vie dans une petite ville au nord de la Norvège et l’aurore boréale offrait de temps en temps une couleur à cette obscurité absolue. Depuis là où nous étions, on constatait que la lutte du soleil contre l’obscurité parfois en plein milieu de la journée s’intensifiait à la lisière de l’horizon pâle entre les montagnes. Et nous, déçus, observions pendant quelques minutes le ciel tout en étant exposés au vent glacial du nord et à chaque fois plus déçu qu’avant, on s’en allait.
En pleine déception, on a décidé de voyager en bus à une petite ville toute proche. Notre chemin, escaladait une montagne, pour mener au plateau polaire de la Suède et ensuite redecendait l’autre pente. Moi qui dormais en raison du chemin tortueux et montagneux que parcourait le Bus, je me suis réveillé par la chaleur réjouissante sur mes joues et en ourvant mes yeux, j’ai vu le soleil. Après deux mois, je voyais le soleil et tout d’un coup, un sourire a pris place sur mes lèvres. Le sourir s’est déplacé sur l’étendu de mon visage. Ensuite, je me suis éclaté de rire à tel point que tout le monde dans le bus me regardait et le fait que je ne pouvais pas m’empêcher de rire, a fait rire les autres, et mon sourire contagieux a fait rire les autres à tel point que tout le monde montrait du doigt le soleil.
L’évènement dans le bus et la joie profonde qui avait éclairé le coeur de tout le monde, m’a fait découvrir tout d’un coup une réalité étonnante: c’est que comme nous sommes heureux qu’à chaque Yalda, le soleil ignore nos manques de gentillesse et brise « les ténèbres » et en toute réconciliation, remplit nos vies de lumière et de chaleur, et cela, à chaque année, sans être déçu.

Joyeux Yalda